Rochefort, située à la croisée des chemins menant vers les lieux incontournables de la Charente-Maritime, vous invite à la découvrir. Dans cette ville classée « Ville d’art et d’histoire », nul doute que vous passerez un bon moment.

Lové dans un méandre de la Charente, à 30 kilomètres de La Rochelle, et 20 de l’océan, Rochefort est une cité singulière au riche passé militaire.

Dans le tiercé des villes les plus importantes en Charente-Maritime, Rochefort arrive en troisième position après La Rochelle et Saintes.

De par sa situation, quel que soit votre lieu de villégiature, vous ne serez jamais à plus d’une heure de Rochefort. Aussi, je vous conseille vraiment d’y passer une journée ou plus. D’une part, la topologie du centre-ville avec son plan en damier et ses rues perpendiculaires vous surprendra.

Et d’autre part, au fil de votre flânerie, vous découvrirez puits, fontaines et beaux hôtels particuliers, tel que le musée des beaux-arts. Et puis bien sûr, une tranche importante de l’histoire maritime française se déroulera au fil de votre visite. Enfin, à l’issue de votre périple rochefortais, rendez-vous place Colbert pour y boire un verre ou vous restaurer. Cette place d’un aspect minéral, bordée de belles demeures est le point central du centre historique de Rochefort.

rochefort
La fontaine sur la place Colbert, XVIIIème siècle ©isabel

Quelques pas de danse sur les pavés de Rochefort

Par ailleurs, elle est aussi connue du grand public grâce au réalisateur Jacques Demy. En effet, celui-ci tourne dans les années 60, une comédie musicale devenue culte, « Les demoiselles de Rochefort ».
A ce sujet, je suis presque certaine que vous connaissez ce refrain. « Nous sommes deux sœurs jumelles, nées sous le signe des gémeaux, mi, fa, sol, la, mi, ré…. » Ok, j’arrête de chanter, je ne voudrais pas ternir le magnifique soleil qui brille au moment où j’écris ces lignes… Pour les cinéphiles, rendez-vous place Colbert, lieu de tournage principal du film.

En résumé, votre curiosité sera satisfaite puisque qu’ici, de très intéressants lieux de visites, s’offrent à vous.

place colbert rochefort
La place Colbert, au centre du quartier historique de Rochefort ©isabel

L’Arsenal de Rochefort ou le Versailles de la mer

1660, la flotte militaire française, se fait vieillissante et peu fournie en navires. Attaquée par les navires anglais et hollandais, il faut remettre en ordre de marche la marine. Louis XIV ordonne la construction d’un arsenal sur la façade Atlantique.
Suite à l’envasement de Brouage, alors important port militaire, un nouveau site doit être choisi.

porte de l'arsenal
Passez cette porte et entrez dans le passé maritime de Rochefort ©isabel

Un lieu protégé

Bien qu’éloigné de 20 kilomètres de la mer et entouré de marais, le petit village de Rochefort est choisi pour implanter le futur « Plus beau et plus grand Arsenal qu’il y ait au monde ». Ce ne sont pas mes dires, bien sûr, mais ceux de Colbert en 1665, alors ministre de Louis XIV.

Protégé dans un coude de la Charente, abrité des vents par les îles de , d’Oléron et d’Aix, le site de Rochefort semble être le meilleur. En plus, les alentours sont pourvus de bois pour la construction, matière première indispensable pour la construction des vaisseaux et frégates.

Grâce à l’assèchement des marais, c’est donc, ici, qu’au XVIIème siècle Rochefort devient Arsenal sur la volonté du roi. Deux ingénieurs architectes prennent la direction de ce fabuleux chantier, François Blondel et le chevalier de Clerville.

L’évolution inexorable de Rochefort

Rochefort s’agrandit et il faut loger les milliers d’ouvriers et leurs familles. Pour ce faire, les premières cabanes s’élèvent, des « cayennes ».
En 1669, Rochefort comptait déjà 10 000 habitants. Puis, vint s’installer une population plus aisée, constituée de bourgeois et d’officiers de marines. Ceux-ci construisirent des hôtels particuliers, des résidences, dans un plan d’urbanisme typiquement militaire. A l’époque, la ville était ceinte de remparts, malheureusement détruits après la première guerre mondiale.

rochefort
Plan de Rochefort en 1770

Afin de protéger l’Arsenal des ennemis, il est nécessaire de défendre l’entrée de l’estuaire de la Charente. Vauban s’attelle à créer une « ceinture de feux » et construit des forts aux points stratégiques.
C’est ainsi qu’aujourd’hui, on peut voir, le plus célèbre d’entre eux, tel un vaisseau de pierres, le fameux fort Boyard, au large de l’île d’Aix. D’autres moins connus assurent la défense de l’estuaire, le fort Enet, le fort Lupin, le fort de la Rade, le fort Liedot et le fort de l’île Madame.

De ce Versailles de la mer, sont sortis 550 navires militaires entre 1666 et 1927.
Ne manquez pas de voir l’ancienne forme de radoub lors de votre visite. Cette cale sèche datant du XVIIème siècle est une des premières a avoir été construite. Elle servait à la construction et à la réparation des navires.

La Corderie Royale, l’âme de Rochefort

Rochefort, sans la Corderie Royale ne serait pas Rochefort. En effet, ce magnifique bâtiment est la pièce maîtresse de l’Arsenal. Un chef d’œuvre d’architecture militaire classique. D’ailleurs, ce sont plus de 100 000 visiteurs qui, chaque année, pénètrent dans ce lieu atypique. Elle est de plus, classée Monument Historique depuis 1967.
Débutée en 1666, la construction de la Corderie Royale de Rochefort est achevée en 1669 après trois années de dur labeur.

corderie de rochefort
La corderie royale, tout en longueur ©isabel

Le saviez-vous ?

En raison d’un sol vaseux, instable et inondable, la Corderie Royale a été construite sur un radier constitué de 14 000 mètres cubes de madriers de chêne.

La forme particulière tout en longueur de la Corderie en fait un bâtiment particulièrement élégant. Toutefois, ces 373 mètres de long ne sont pas le fait du hasard. En effet, pour torsader une corde en chanvre de 200 mètres de long, il fallait des fils de chanvre d’une longueur de 300 mètres.
Ainsi, de cet atelier, durant 200 ans, sortent tous les cordages des vaisseaux de la marine.

L’arrivée des bateaux à vapeur, contraint de fermer l’atelier de cordage en 1862. Ensuite, la corderie fut brûlée par les allemands durant l’occupation. Puis après des années d’abandon, sa restauration est lancée en 1964. Elle s’achèvera en 1986.
Aujourd’hui, Chambre de Commerce, médiathèque de Rochefort et Centre international de la mer se partagent ce lieu si particulier.

En ce qui me concerne, je vous conseille vivement de vous y rendre en famille. Vous pourrez y voir toutes les étapes nécessaires à la fabrication des cordages, ainsi que des vidéos et des expositions temporaires.

rochefort
Démonstration de cordage ©isabel

L’Hermione, la frégate de la liberté

Que dire si ce n’est bravo ! Bravo à tous ces passionnés qui durant 17 ans ont donné de leur temps et de leur talent pour que de nouveau, l’Hermione puisse voguer sur les océans.
Cette fabuleuse aventure est née de passionnés d’histoire et de marine en 1997 avec l’association Hermione-Lafayette, dont le président est l’écrivain Eric Orsenna.

rochefort
La belle frégate L’Hermione dans son bassin patiente avant de reprendre la mer ©isabel

Un peu d’histoire !

Nous sommes en 1779, lorsque débute la construction de la frégate L’Hermione dans l’Arsenal de Rochefort. Légère, rapide et plus maniable, la frégate largue les amarres le 21 mars 1780 et vogue vers l’Amérique du nord. A son bord, le Major Général de La Fayette qui, avec l’aval de Louis XVI, part combattre auprès du Général Washington pour l’indépendance.

Jusqu’en 1793, L’Hermione participera à de nombreuses batailles. Mais son destin s’achèvera dans l’estuaire de La Loire dans lequel, en partance pour une autre mission, elle s’échoua.

La renaissance, un projet fou de passionnés

Il aura donc fallu 17 ans pour redonner vie à cette magnifique frégate du XVIIème. Reconstruite à la vue de tous par des hommes et des femmes aux multiples métiers dans l’Arsenal de Rochefort. En effet, menuisiers, charpentiers, forgerons, ébénistes, cordiers, tonneliers, couteliers, voilière… En fait, toutes les personnes ayant participé à la construction de L’Hermione ont été formées aux techniques de construction navale du XVIIème siècle.

J’ai eu la chance de pouvoir visiter le chantier en 2006. C’était très impressionnant de voir ce puzzle de pièces de bois de plusieurs tonnes.

atelier hermione rochefort
Un des ateliers où sont remises en état les pièces de L’Hermione. ©isabel

Quelques chiffres

  • 2 000 chênes
  • 400 000 pièces de bois et de métal
  • 25 kilomètres de cordage
  • 2 131 m² de voilure
  • 44 mètres de long
  • 11 mètres de large
  • 3 mats
  • 3 ponts
  • 26 canons

Quelques dates

  • 1997 le commencement du chantier
  • 6 juillet 2012 premiers essais de flottabilité sur la Charente
  • Automne 2014 trois mois d’essais en mer, de Rochefort jusqu’en mer d’Iroise
  • 18 avril 2015, c’est le grand départ vers l’Amérique, sur les traces du Général de La Fayette
  • 2016, les fêtes maritimes de Brest
  • 2018, de Rochefort à la méditerranée
  • 2019, L’Hermione parade avec d’autres vaisseaux à l’Armada de Rouen

A ce jour, ce sont des millions de visiteurs qui ont pu admirer cette magnifique frégate qu’est l’Hermione. Alors, pourquoi pas vous ? Vous ne le regretterez pas !

Le musée national de la marine, l’histoire maritime de Rochefort

Situé dans le cœur historique de Rochefort, le musée national de la marine occupe un bel hôtel particulier. Cet ancien logis seigneurial de Cheusses construit au XVIIème siècle, est un des plus anciens édifices de Rochefort.

Si vous aimez les maquettes de bateaux anciens, vous allez, au fil des salles, plonger dans le passé maritime de Rochefort. Hormis les très belles maquettes, vous y admirerez de superbes collections de gravures, de tableaux et de figures de proue.

Et puis, dans la cour d’honneur en forme de U, vous verrez une reproduction à taille réelle du célèbre radeau de La Méduse. Alors ne manquez pas de lire l’histoire étonnante de ce naufrage, ou écoutez-en le récit dit par une guide du musée.

Une impressionnante maquette d’un vaisseau de bois ©isabel

Le port de plaisance, un havre tranquille au cœur de Rochefort

Bien que Rochefort ne soit pas au bord de l’océan, la ville possède tout de même un port de plaisance important. Géré par la CCI de Rochefort et de Saintonge, le port est au cœur de la ville, non loin de la Corderie. Par ailleurs, son éloignement de la mer, en fait une situation tranquille, à l’abri des assauts de l’océan.

D’une capacité de 320 places sur ponton dont 40 dédiées aux visiteurs et 170 places à sec, le port dispose de tous les services. Concernant l’ouverture de la capitainerie, c’est 7 jours sur 7, sauf les 25 décembre et 1er janvier.
Toutefois, en tant que port à écluses, il faudra compter avec les marées pour les entrées et sorties du port. En effet, l’écluse est ouverte l’été en fonction des horaires des marées et en hiver à la demande.
L’environnement du port du premier bassin est un endroit plaisant bordé de belles demeures anciennes.

rochefort
Le premier bassin du port de Rochefort, bordé de belles demeures ©isabel

Rochefort, 7ème ville thermale de France

Eh oui, depuis 1954, Rochefort est une ville thermale où près de 20 000 curistes viennent chaque année soigner leur pathologie aux Thermes. Jouxtant l’ancien hôpital militaire, dans cet établissement sont traités les problèmes de rhumatologie, dermatologie et de phlébologie. Ici on accueille petits et grands.
L’eau, puisée en profondeur, est reconnue pour être une des eaux les plus sulfatées et minéralisée de France.

De plus, avec une température de 42°, elle possède des vertus, désinfiltrante, anti-inflammatoire, antalgique et cicatrisante. Quant à la boue extraite de l’estuaire de la Charente, elle est tout aussi efficace pour apaiser les maux du curiste.
Une cure de 18 jours pour repartir en forme ça vous tente ?

thermes rochefort
La verrière de l’entrée des thermes de Rochefort

Le pont transbordeur, un monstre d’acier sur la Charente

Quel est cet étrange structure qui du haut de ses 50 mètres enjambe de ses 4 pattes la Charente ?
Le pont transbordeur du Martrou relie Echillais à Rochefort depuis le 29 juillet 1900. Classé Monument historique en 1976, il a bien failli être démoli après sa fermeture en 1967. C’était sans compter la mobilisation des associations et des élus locaux qui ont réussi à le sauver.

Tandis que le franchissement de la Charente s’effectue à l’aide d’un bac au XIXème siècle, il faut trouver un autre moyen. En effet, de plus en plus de passages sont nécessaires avec l’augmentation constante de la circulation. Mais, l’élévation d’un pont gênerait la navigation des bateaux sortant de l’Arsenal de Rochefort. Un appel à projet est lancé et c’est celui de l’architecte Ferdinand Arnodin qui est retenu en 1897. La construction débutée en 1898 prend fin plus de deux ans plus tard.

Long de 171 mètres, le pont transbordeur avec son ingénieux système de nacelle est le dernier à fonctionner en France. On en compte 6 autres en Europe et un en Argentine.
Côté Rochefort, n’hésitez pas à emprunter la nacelle pour vous rende à la Maison du Transbordeur, de l’autre côté à Echillais. Vous aurez l’impression de voler au-dessus de l’eau. Par ailleurs une balade le long de la Charente, vous permettra d’en apprécier le gigantisme.

rochefort
Le pont du Martrou, ou pont transbordeur ©isabel

La maison de Pierre Loti, un intérieur de folie à Rochefort

Pierre Loti, de son vrai nom Louis Marie Julien Viaud, est un écrivain voyageur né à Rochefort en 1850. Outre son métier d’écrivain, il était également officier de marine.
S’imprégnant de l’atmosphère des pays dans lesquels, il fait escale, il rapporte, meubles, objets de décoration… Cet homme extravagant, certains diront un peu fou, mais tellement original a laissé son empreinte à Rochefort.

Tout comme ses romans correspondent à un pays différent, les pièces de sa maison rochefortaise s’inspirent de ses voyages. Ainsi, l’atmosphère change de pièce en pièce dans des décors fastueux et improbables.

Ouverte au public depuis 1973, elle est fermée en 2012 car avec le passage des milliers de visiteurs les décors de la maison ont beaucoup souffert. Actuellement en rénovation, la maison de Pierre Loti ne sera a priori réouverte au public qu’en 2023. Quant au financement des travaux, on peut compter sur des dons, des mécénats, une souscription nationale, ainsi que le Loto du patrimoine orchestré par le journaliste Stéphane Bern. 

Personnellement, j’attends avec impatience de pouvoir pénétrer dans cette maison extraordinaire. Vous trouverez ce lieu au 41 rue Pierre Loti, non loin de la place Colbert.

En attendant, je vous invite à vous rendre au musée Hèbre à Rochefort, qui propose une visite virtuelle de la maison en 3D. C’est une belle expérience.

Rochefort
Pierre Loti posant costumé

Les autres sites incontournables à proximité de Rochefort

  • Au départ du port de Rochefort, partez à la découverte de Fort Boyard avec une escale à l’île d’Aix. Prévoir une journée complète. Vous découvrirez l’estuaire de la Charente, en passant, devant l’île Madame, Fouras, Fort Lupin, Fort Enet… ce sera presque une croisière tout en un.
  • Non loin, bien sûr la ville rebelle, ne manquez pas de découvrir La Rochelle.
  • Une escapade au Château fort de Saint-Jean d’Angle ravira les petits comme les grands
  • Visitez Fouras, son fort et la pointe de la fumée face à l’île d’Aix, une presqu’île face au pertuis
  • Partez à la découverte de la toute petite île Madame, accessible à marée basse par la passe aux Bœufs
  • N’oubliez pas non plus de vous rendre dans la belle ville de Saintes où les vestiges gallo-romains et le patrimoine bâti y sont magnifiques
  • Allez poser votre serviette sur la plage de la très belle station balnéaire de Châtelaillon-Plage. De belles demeures « Belle époque » vous y attendent.
fort boyard
Au départ de Rochefort, partez à l’assaut du vaisseau de pierres, Fort Boyard ©isabel

Vous rendre à Rochefort

Avec le train, dont la gare se trouve en centre-ville. Via La Rochelle ou Surgères en TGV
Par la route, 4h30 de Paris, ou 1h30 de Bordeaux par l’autoroute A10.
En avion via l’aéroport de La Rochelle

Quelques infos utiles

office de tourisme
L’office de tourisme de Rochefort, une mine d’informations ©isabel

 

 

Je ne suis pas allée souvent à Rochefort, cependant, c’est une ville qui mérite que l’on s’y arrête. Bien sûr, vous serez sans doute plus attiré par L’hermione que par le musée maritime, ou le musée Hèbre. Cependant, cela vaut vraiment la peine de visiter ces lieux et d’appréhender tout ce riche passé maritime.

J’ai beaucoup aimé la visite de la Corderie et les ateliers de L’Hermione.

Avant votre arrivée à Rochefort, je vous conseille de regarder le film « Les demoiselles de Rochefort ». En effet, bon nombre de rues ont servi de décor au film. Notamment la place Colbert où les scènes de danse ont été tournées.


Vos commentaires

Rédigez votre commentaire
Merci de donner votre nom