La citadelle du Château d’Oléron se dresse tout au sud de l’île d’Oléron, bordée par le Coureau l’étroit passage qui sépare l’île du continent. A l’instar de Brouage à quelques kilomètres de là, ou de Saint-Martin de Ré, la ville est ceinturée de remparts.
Déjà en traversant le pont reliant l’île au continent les remparts de la citadelle se dessinent vers la droite.

château d'oleron
Vue du ciel la citadelle du Château d’Oléron dévoile ses remparts en forme d’étoile

Ancienne capitale historique et principale ville au sud de l’île, le Château d’Oléron, est un haut lieu touristique chargé d’histoire qu’il convient d’intégrer dans vos visites. Bien sûr, son attrait principal est la citadelle, qui attire bon nombre de visiteurs tout au long de l’année. Mais la ville est également très intéressante, de par son aménagement en damier. En effet, tout comme pour Rochefort, les rues s’articulent à angles droits menant vers une place centrale, l’ancienne place d’armes.

Ce lieu au riche passé historique est également une destination privilégiée pour les amateurs d’huîtres. En effet, ici vous êtes au cœur du bassin Marennes-Oléron, là où se peaufinent dans les claires alentour les fameuses huîtres Marennes-Oléron.

La citadelle, le bastion invincible du Château d’Oléron

C’est au XIIème siècle, alors que la région est gouvernée par les Ducs d’Aquitaine que sur d’anciennes fortifications, le premier château est élevé. Situé sur un emplacement stratégique de l’île, il en assure le contrôle.
Plus tard, durant les guerres de religion, la ville est un site très convoité.

Ce n’est que plusieurs siècles plus tard que la citadelle prend sa forme actuelle. En effet, en 1630, Richelieu décide de sécuriser la rade. Pour cela, il ordonne l’édification d’une citadelle qui servira également à contrôler les chargements de sels venant de la Citadelle de Brouage. Toutefois, pour ériger la citadelle, il faut détruire les deux tiers du village médiéval et 7000 hommes sont nécessaires pour sa construction. Il faudra 11 ans à l’ingénieur d’Argencourt pour l’achever.

château d'oleron
Au pied des remparts, les douves encerclent la citadelle ©isabel
chateau d'oléron
Les arcades sous le pont de la porte Royale ©isabel

Enfin, Louis XIV qui vient d’ordonner la construction de l’Arsenal de Rochefort, choisi le Château d’Oléron pour en assurer la défense. Encore une fois, Vauban est à l’œuvre.

Ainsi, la citadelle devient un élément essentiel de la ceinture de feux destinée à protéger l’Arsenal. Tout comme le vaisseau de pierre Fort Boyard, ou bien les forts des îles d’Aix et de l’île Madame.
Effectivement, de par sa conception ingénieuse avec ses 4 niveaux de défense, le bastion s’est avéré « invincible » durant des siècles.

château d'oléron
Le pont de la porte royale avec ses arcades

Un passé plus proche de nous

Toutefois, le 17 avril 1945, la citadelle invincible jusque là, est en partie détruite. En effet, occupée par les forces allemandes durant la seconde guerre mondiale, l’île d’Oléron est libérée par les bombardements alliés grâce à « l’opération Jupiter ». C’est donc une pluie d’obus qui s’abat sur le Château d’Oléron.

Il s’en suivra plusieurs campagnes de restauration entre 1959 et 1970. Puis, laissée à l’abandon, c’est en 1985 que des travaux de restauration sont de nouveau entrepris.

Classée aux Monuments Historiques depuis 1929, la citadelle se visite librement. Alors profitez des nombreuses expositions de peintures ou d’artisanat qui sont présentées aux visiteurs dans les salles voutées des remparts. Des concerts et des manifestations culturelles sont également programmés sur la place centrale à l’intérieur des remparts.

château d'oleron
Au coeur des remparts les salles voutées accueillent l’artisanat d’art ©isabel

Enfin, des visites guidées sont organisées par la Maison du Tourisme Marennes-Oléron sur réservation au 05 46 85 65 23.

Laissez-vous embarquer pour une visite commentée à bord du « Petit train touristique »

Etes-vous prêts à l’embarquement ? Bien tranquillement installé à bord du « Petit train touristique » du Château d’Oléron partez à la découverte de la citadelle. Le départ s’effectue depuis le parking de la citadelle au pied des remparts.

Avec plusieurs départs quotidiens, le trajet d’une heure et demi passe par les lieux les plus importants du Château d’Oléron. A bord, les commentaires du guide vous livreront tous les secrets de la cité. Ainsi, vous découvrirez, la Citadelle bien sûr, mais également, la ville, le port, les « Couleurs cabanes » et la zone ostréicole.

Personnellement, je ne suis pas montée à bord du train, préférant marcher et flâner dans la ville. Mais, en compagnie d’une personne à mobilité réduite ou de jeunes enfants, c’est un excellent moyen pour visiter la cité.

château d'Oléron
Le petit train touristique au sein de la citadelle ©isabel

Une nature préservée aux portes du Château d’Oléron

Tout autour de vous la nature est partout. En effet, la nature est omniprésente par-delà des remparts. Côté pertuis se trouve la réserve naturelle nationale des marais de Moèze-Oléron où les guides vous emmènent à la découverte du milieu. Et puis, entre marais, chenaux, espaces naturels et vasières, une faune et une flore particulièrement riches s’offrent au regard. Toutefois, un conseil, pour l’observation de la faune, il vaut mieux se lever tôt…. alors au diable la grasse matinée !

C’est donc de bon matin principalement que vous pourrez voir les oiseaux migrateurs, tels la bernache cravant, les aigrettes ou les hérons cendrés. Et puis, avec un peu de chance, vous apercevrez peut-être deux espèces endémiques présentes dans les marais, une tortue, la cistude ou bien la loutre d’Europe.

Quant à la flore, entre orchidées, asperges maritimes, renoncules et bien d’autres espèces encore, à vos appareils photos !

Pour plus d’informations, rendez-vous à la Maison de la Nature de l’île d’Oléron qui propose des sorties « découverte » pour tous.

château d'oléron
Même dans l’art, les oiseaux migrateurs se montrent, cigognes ou hérons….? ©isabel

Le passé Néolithique mis à jour au Château d’Oléron

Au temps du Néolithique, les lieux étaient déjà habités, en témoigne le dolmen d’Ors. Situé juste à la sortie du pont en contre bas, il vous sera facile de le trouver.

Le dolmen d’Ors, dite « la Piare » en langue saintongeaise a fait l’objet de maintes fouilles archéologiques à proximité. Du reste, le dolmen était déjà cité en 1887 dans des écrits d’archéologie.

Inscrit aux Monuments Historiques depuis 1940, il est emblématique du passé de l’ancienne Oléron. Les campagnes de fouilles successives ont démontré qu’il s’agirait du plafond d’un site funéraire collectif édifié entre 4500 et 4000 ans avant notre ère. Ce long tertre d’environ 50 m de long sur 20m de large compterait plusieurs chambres funéraires.
Lors de ces fouilles, des squelettes, des céramiques et différents objets taillés ont été découverts.

château d'Oléron

« Couleurs cabanes », l’art et l’artisanat mis en valeur au Château d’Oléron

Après l’histoire des lieux, je vous invite à découvrir un petit ilot haut en couleurs jouxtant le port. En effet, à quelques pas de là, se trouvent d’anciennes cabanes d’ostréiculteurs aux couleurs chatoyantes.

C’est dans les années 90, que les vieilles cabanes ostréicoles délabrées ont été réhabilitées. Alors à l’état d’abandon, la municipalité a entrepris de rénover les cabanes pour en faire des ateliers d’artistes. C’est ainsi, qu’en partenariat avec la mairie du Château d’Oléron, une association d’une vingtaine de créateurs voit le jour en 2004. Depuis, artistes et artisans ont investi les lieux et créé leurs ateliers. Ici, l’espace est un lieu de partage, puisque ostréiculteurs, artistes et artisans cohabitent en permanence.

château d'oléron
Ces vielles cabanes ostréicoles deviendront-elles des « Couleurs cabanes » ? ©isabel

Devenu un lieu incontournable du Château d’Oléron, je vous conseille vivement de vous rendre à « Couleurs cabanes ». Là, venez découvrir un artisanat de qualité et échanger avec des passionnés. Chaque cabane a sa propre atmosphère, ses odeurs et ses outils et bien entendu sa couleur.

Ces cabanes sont ouvertes à tous chaque jour, alors, n’hésitez pas à franchir la porte des ateliers pour découvrir toute la diversité des créations.

Une palette d’artistes et créateurs pour découvrir :
Enluminure, stylisme, peinture, sculpture, lutherie, calligraphie, cuir, broderie, bijoux, jeux en bois, céramique, coutellerie… Bref, la création dans toute sa diversité !

château d'oléron
Un des ateliers des « Couleurs Cabanes » tout en fleurs et en couleurs

Au pied de la citadelle du Château d’Oléron, le port se niche

Dominé par la citadelle, le port du Château d’Oléron est un des principaux ports de l’île d’Oléron.

Au Moyen Age, c’est un simple échouage servant essentiellement au transport du sel et du vin et déjà des d’huîtres.

Ce n’est qu’en 1740 qu’il prend sa forme actuelle, niché dans les fossés creusés de la Citadelle.
Principalement dédié à l’ostréiculture, il est un passage quasi obligé pour le transit des huîtres du bassin Marennes-Oléron. Du reste, vous verrez dans le bassin principal les «Plates», ces barges à fond plat en aluminium utilisées par les ostréiculteurs.

Pour les plaisanciers, ce sont 163 anneaux qui sont à disposition dans l’avant-port et le port du Pâté.

Longtemps le port a accueilli les voyageurs venant du continent par bateau, mais en 1949 avec la mise en place du bac reliant l’île au continent, l’activité diminue fortement. Et en 1966, avec la construction du pont, c’est au tour du bac de devenir inutile. Du reste, en contrebas du pont, vous pouvez voir les vestiges des rampes d’accès au bac.

château d'oléron
Le port du Château d’Oléron et ses « Plates » ©isabel

Le style « Renaissance » se dresse sur la place centrale du Château d’Oléron

Vous ne pouvez pas la rater, située place de la République, face aux halles se dresse une magnifique fontaine « Renaissance ». Ce bel édifice est classé Monument Historique depuis 1937. Construite en 1851 par Jean Paillé, sculpteur local et compagnon du devoir, elle offre de beaux éléments baroques.

Durant un siècle, alimentée par les eaux pluviales issues de la halle via un souterrain, la fontaine est l’unique ressource en eau douce du Château d’Oléron. Ce n’est qu’en 1966 que l’île est reliée au continent et donc à l’eau courante.

château d'Oléron
La fontaine trône fièrement devant les halles un matin de marché ©isabel

Aux portes du Château d’Oléron, le chenal d’Ors serpente au milieu des marais

C’est à environ 5 kilomètres du bourg que se situe le chenal d’Ors, haut lieu de l’ostréiculture en Charente-Maritime. Ici, ce sont près d’une centaine d’ostréiculteurs qui élèvent les fameuses huîtres « Marennes-Oléron ».
Où que le regard se porte, le paysage est exceptionnel. Ainsi, à perte de vue vous êtes cernés par une mosaïque de terre et d’eau. C’est dans ce lieu singulier que l’huître de «Marennes-Oléron» peaufine sa saveur et sa couleur incomparable grâce à une algue microscopique, la navicule bleue.

S’étirant à travers ce dédale de bassins d’affinage, le chenal, un des plus beaux de l’île, est bordé de cabanes ostréicoles de toutes les couleurs.
Pour le découvrir, bien que ce ne soit pas si simple, je vous conseille de le parcourir à pied ou en vélo. Mais, pour le découvrir plus en détails, rien de mieux qu’un guide à bord d’un petit bateau, d’un canoé, ou bien lors d’une randonnée en paddle.

oeuvre de Bernard Jouan
Ambiance Ostréicole, aquarelle de Bernard JOUAN artiste peintre en Charente-Maritime

Le saviez-vous ?

Les bassins d’affinages des huîtres se nomment des « claires » et occupent les anciens marais salants.

L’ostréiculture à la fête

Depuis 1997, les ostréiculteurs du chenal d’ors organisent chaque année en août une manifestation dédiée à leur métier et leur savoir-faire. Ainsi, l’ostréiculture est à l’honneur à la « Fête du chenal d’Ors ». A cette occasion, comme des milliers d’autres visiteurs, découvrez l’envers du décor, échangez avec les ostréiculteurs et dégustez huîtres et produits locaux.

Le petit bonus de la journée offert ! Embarquez pour une balade sur le chenal à bord des fameux bateaux à fond plat en compagnie des maîtres des lieux. Et pour finir la journée dans la bonne humeur, un bal et un feu d’artifice n’attendent plus que vous.

ors chateau oleron
Le chenal d’Ors, haut lieu de l’ostréiculture sur Marennes-Oléron

La baignade au Château d’Oléron, entre terre et mer

Ici, n’espérez pas une belle et magnifique plage comme on peut en trouver sur l’île d’Oléron ou en Charente-Maritime. Alors inutile de sortir votre surf ou vos masques et tubas, du moins au Château d’Oléon.
Toutefois, pour assouvir votre envie de baignade, vous aurez le choix entre une petite plage et le bassin de la Phibie, un plan d’eau de mer au pied des remparts.

Cependant, pour profiter des joies de la baignade, ce sera à marée haute. En effet, à marée basse, la mer se retire sur plusieurs centaines de mètres et découvre les innombrables parcs à huîtres. Mais rien ne vous empêche de vous rendre à la plage pour une séance de bronzette ou un pique-nique, le panorama y est plutôt sympa.

Quant au bassin de la Phibie, ce plan d’eau artificiel attenant au camping municipal assure une baignade en toute sécurité pour les enfants. Sur place, animations, buvette, restauration sont proposées, de quoi passer un agréable moment.

plage de la phibie
Au pied des remparts, la plage de la Phibie ©mairie Château d’Oléron

A quelques kilomètres du Château d’Oléron, d’autres sites à découvrir

  • Saint-Denis d’Oléron, son port, le superbe phare de Chassiron et une des plus belles plages sauvages de l’île (à mon humble avis), la plage des Huttes. C’est tout au bout de l’île, mais un faire absolument
  • La côte sauvage, ses dunes et ses étendues de sable fin à perte de vue
  • La Cotinière et son port, un incontournable si vous aimez les retours de pêche
  • Enfourchez votre vélo et partez à la conquête des claires et de la nature environnante le long des pistes cyclables.
  • Et puis, si vous souhaitez tout savoir sur le bassin de Marennes-Oléron, embarquez à bord de La Citadelle pour une promenade commentée en mer au départ du port

Se rendre au Château d’Oléron

  • En voiture en prenant l’autoroute A10, du nord ou du sud sortie 35 Saintes, puis D728, tout droit jusqu’au pont reliant l’île d’Oléron au continent. Puis, c’est simple, au bout du pont d’où vous aurez une très belle vue sur l’île, Fort Louvois et au loin la citadelle du Château d’Oléron, tourner à droite.
  • Par avion de l’aéroport de La Rochelle, via la gare de La Rochelle, puis un bus avec un arrêt sur Saint-Pierre d’Oléron. Pas très pratique…
  • En bateau au départ de La Rochelle à destination de Boyardville à 15 kilomètres du Château d’Oléron. Liaison maritime via «Croisières Inter-îles » d’avril à novembre plusieurs fois par semaine. Tous les jours en juillet et août.
  • Par bus avec le réseau Transports-Nouvelle Aquitaine, au départ des villes de La Rochelle, Rochefort et Saintes.
  • Une autre façon bien sympa pour aborder le Château d’Oléron, est d’emprunter le bateau passeur entre l’île et le continent. Au départ de Bourcefranc-Le Chapus, soyez parmi la douzaine de passagers à monter à bord du Vauban. Ainsi, en une vingtaine de minutes, vous aurez traversé le pertuis et vu de plus près le fort Louvois. Seul regret, la navette n’opère que durant les deux mois d’été, de juillet à août.

Où poser ses valises ?

Côté hôtels

Sur le Château d’Oléron, les hôtels manquent. Toutefois, vous pourrez loger dans une résidence de vacances où vous trouverez tous les services pour passer un agréable séjour. Piscine, aire de jeux, proche de la plage et à ¼ d’heure à pied du centre-ville. Résidence Odalys le village des Amareyeurs.

A quelques 9 kilomètres sur la commune de Saint-Trojean les Bains, l’hôtel et SPA Les Cleunes Oléron vous offre un bel environnement. Face à la mer avec piscine et balnéothérapie, laissez-vous aller. Budget élevé.

Plus près, un hôtel bien sympa à 6 kilomètres sur la commune de Dolus d’Oléron, l’hôtel « Le Vert Bois ». Situé à moins d’un kilomètre de l’océan, avec sa piscine chauffée, vous serez bien accueillis.

Château d'oléron
Cheminement sur les remparts de la citadelle invincible ©isabel

Côté campings

A disposition, une aire de camping-car face à la mer, et à proximité de la maison de la nature, boulevard Philippe Daste.

Sur l’île d’Oléron, vous aurez un grand choix de campings, mais au plus près du Château d’Oléron, je vous propose :

Le camping municipal 2* « Les remparts » est bordé par le bassin de la Phibie d’un côté et les remparts de l’autre à quelques pas de la plage. Ici, la proximité de centre-ville permet d’oublier la voiture et de partir à la découverte des lieux à pied. Vous y trouverez des emplacements pour tentes et camping-car, et des mobil-homes à louer dans un cadre agréable.

A quelques 20 minutes à pied du Château, le camping « Le Pigeonnier » vous accueille avec tous les services d’un camping 4*. Piscine chauffée et couverte, animations, location de vélo… Emplacements pour tentes et camping-car, hébergements locatifs, dans un cadre ombragé et accueillant.

Côté gîtes et chambres d’hôtes

Si les hôtels ne sont pas légion sur l’île d’Oléron, en revanche, il y a une multitude d’hébergements locatifs. Je vous invite donc à consulter les sites de référence en matière de location de vacances.
Airbnb, les Gîtes de France, Amivac, Abritel, Clévacances

la sphère maritime
Le bois flotté à l’honneur avec la « Sphère maritime » bien en vue sur les remparts, oeuvre de Philippe Ardy et Jean-Marc Blanchard ©isabel

Quelques liens utiles

Téléchargez la carte des pistes cyclables d’Oleron

 

 

Je dois bien vous l’avouer, je n’étais jamais allée au Château d’Oléron avant l’écriture de cet article. Sans doute trop attirée par les plages de sable fin et les balades à vélo. Eh bien c’était une erreur puisque j’ai beaucoup apprécié ma visite, notamment le tour des remparts qui offrent différentes vues sur le Château d’Oléron, la citadelle, le port et le pertuis.

Quant aux « Couleurs cabanes », j’ai adoré l’atmosphère qui s’en dégage ! Du reste, j’y reviendrais certainement pour faire une « Rencontre avec un artiste ou un artisan ». Et puis, c’était une belle idée que de réhabilitées ces anciennes cabanes vouées à l’abandon. Alors n’hésitez pas à vous y rendre et à échanger avec ces créateurs passionnés par leur métier.

Votez pour cet article !
1 votes - Note : 5/ 5

Vos commentaires

Rédigez votre commentaire
Merci de donner votre nom