Eh bien voilà, ce troisième et dernier article clôt notre tour de l’île d’Oléron à pied. Si vous n’avez pas lu les précédents articles, je vous invite à cliquer ici pour le premier, et ici pour le second.

Déjà près de 65 kilomètres parcourus pour cette randonnée sur l’île d’Oléron et notre motivation est toujours intacte. Aussi, bien que nos nuits soient courtes, nos matelas inconfortables et nos sacs à dos trop lourds, on avance… On peut dire que côté météo, jusque là, nous avons été chanceuses, quasiment pas de pluie en journée et pas trop de chaleur, donc parfait pour notre périple.

l'île d'Oléron à pied
Motivées, heureuses, presque pas fatiguées… enfin un peu ! ©isabel

Jour 5 : Boyardville / Château d’Oléron – 12 KM

Pour une fois, météo France a eu raison, toute la nuit une pluie dense n’a pas cessé de tomber. Bon, eh bien la chance a l’air de tourner… Aussi, bien heureuses d’être à l’abri dans un bon lit. Mais, au réveil, la pluie continue de plus belle et la météo des prochains jours n’est pas engageante.

Aussi, après mure réflexion, nous décidons d’arrêter notre randonnée sur Oléron. En fait, on a du mal à s’imaginer marcher sous la pluie pendant deux jours avec nos sacs lourds et nos ampoules aux pieds. Donc, notre Uber préféré Christian viendra nous chercher à Boyardville à midi.
Du coup, on en profite pour partir sur le marché à Saint-Pierre avec notre amie Patou. Ici, les producteurs locaux vous proposent des produits de qualité sous la halle.

l'île d'Oléron à pied
Patou en quête de bons produits pour le déjeuner dans les halles du marché de Saint Pierre d’Oléron ©isabel

Et, pour le retour, on prend le chemin des écoliers à travers les marais de Boyardville, où faune et flore sont omniprésentes. Je ne connaissais pas cette partie de l’île et je suis ravie de cette découverte. Faites y un tour !

L’île d’Oléron à pied – Retournement de situation …

En réalité, nous sommes tout de même tristes d’arrêter là notre tour de l’île d’Oléron, alors on consulte de nouveau la météo. Et, a priori, le temps semble s’améliorer en milieu d’après-midi. Alors, retournement de situation, on annule notre Uber ! Youpi ! On va poursuivre l’aventure !

Un nouveau départ à partir de La Baudissière ©isabel

Après un bon repas, c’est en voiture que notre amie nous épargne une bonne heure de marche en nous amenant au Chenal de La Baudissière. Du coup, nous manquons le site ostréicole traditionnel et centenaire de Fort Royer. Et de fait, une partie intéressante de la randonnée qui passe par les claires et les marais. Tant pis, ce sera pour une prochaine fois.

A mi-chemin, sur la route des huîtres

Nous voilà donc arrivées sur la route des Huîtres, au niveau des cabanes de La Baudissière. Là, nous passons dire bonjour aux créatrices que j’avais rencontrées pour un précédent article portant sur leur histoire oléronaise. Puis, de nouveau, nous continuons notre chemin vers le Château d’Oléron.

l'île d'Oléron à pied
Le chenal de la Baudissière au niveau des cabanes des créateurs. Un endroit à ne pas manquer ©isabel

En chemin, hormis le chenal de La Baudissière, ses cabanes et la vue sur la mer, il y a peu d’attraits touristiques de là jusqu’au Château. Du reste, c’est un peu monotone, même si le panorama est intéressant. Et puis, marcher en bord de route n’est pas top.

Les remparts du Château d’Oléron se dessinent à l’horizon et c’est en fin d’après-midi, sous une fine pluie fine que nous arrivons au camping municipal des Remparts.

l'île d'Oléron à pied
Le bord de mer face au pertuis, au loin se dessine les remparts du Château d’Oléron ©isabel

L’ultime soirée pour notre tour de l’île d’Oléron à pied

A l’accueil du camping, le personnel est très convivial et chaleureux. Quant au camping, il est un peu vieillot, surtout les sanitaires qui demandent à être totalement refaits. De plus, notre emplacement n’est pas génial pour cette dernière nuit. En effet, peu d’herbe sur la parcelle, ce qui nous oblige à nous coller un peu à côté de la caravane des voisins.

l'ile d'oléron à pied
Un peu boueux notre emplacement après la pluie ©isabel

Toutefois, le point fort du camping, c’est sa situation aux pieds des remparts de la citadelle. Du coup, c’est appréciable pour visiter la ville et avoir accès aux commerces et au port. Donc, pour l’heure, direction la cité en quête de notre dernier repas car il se fait tard.

Vu que l’on ne peut guère s’installer sur l’herbe pour dîner, nous faisons notre popote près du terrain de pétanque à proximité des sanitaires… Mais, pas génial comme emplacement… il y avait comme qui dirait des bruits de « cabinet »…

l'ile d'oléron à pied
La Cheffe Juliette dans la préparation de ses fameuses pâtes au thon, tomates et parmesan, un régal ©isabel

Pour notre dernière soirée, on fini en beauté en regardant un reportage sur le château de Chambord bien tranquillement installées dans nos duvets.

Jour 6 : Le Château d’Oléron / Plage de Gatseau – 16 KM

Eh bien voilà, notre tour de l’île d’Oléron à pied touche à sa fin. Aujourd’hui, retour à la case départ, la plage de Gatseau, fatiguées, mais heureuses. Il est 9h30 quand nous débutons notre dernier parcours.

l'île d'Oléron à pied
Allez c’est parti pour notre dernière ligne droite avant la ligne d’arrivée, la plage de Gatseau ©isabel

Avant de quitter le Château d’Oléron, nous passons par le marché pour compléter notre petit déjeuner. Et, c’est dans la halle du marché que la p’tite anecdote sympa du jour a lieu.
Vu que notre petit déjeuner est toujours aussi frugal, pour nous donner un peu d’énergie, rien ne vaut une banane. Mais voilà, je n’ai qu’un billet de 10 € déchiré à moitié et 1 €. Pas top !

l'île d'Oléron à pied
Les halles du marché du Château d’Oléron ©isabel

Mais, c’est sans compter la gentillesse de la dame qui nous sert. D’une part, nos deux bananes ne coûtent que 0.98 centimes, et d’autre part la dame amusée de voir mère et fille faire le tour de l’île ensemble, nous offre à chacune une autre banane. Trop mignonne ! Donc, les deux premières bananes mangées et les deux secondes remisées dans la poche du sac à dos, nous reprenons notre chemin vers le but final, l’arrivée sur la plage de Gatseau.

Toutefois, puisque nous avons un peu de temps, on s’accorde un moment pour visiter le Château d’Oléron. Alors, avant notre ultime parcours, nous passons voir, la Citadelle, le port et les cabanes des créateurs, Couleurs Cabane. Et enfin, nous prenons la direction du port des Salines via les marais. C’est donc un bel itinéraire nature qui nous attend.

l'île d'Oléron à pied
Visiter les Couleurs Cabanes, c’est partir à la rencontre de d’artisans de qualité ©isabel

Dernière ligne droite de notre tour de l’île d’Oléron à pied

Effectivement, la petite route qui mène au port des Salines est entourée de marais à perte de vue. On y voit beaucoup d’oiseaux, des hérons, des aigrettes, des cygnes et autres oiseaux. Par ailleurs, de jolis hameaux ponctuent le chemin, notamment le charmant village d’Ors.

l'île d'Oléron à pied
Au fil de la route, les marais salants ©isabel

Village qui donne son nom au Chenal d’Ors, où de nombreux ostréiculteurs ont leurs cabanes. Ici, c’est un haut lieu de la culture des fameuses huîtres Marennes-Oléron. Du reste si vous passez par-là mi-août, ne manquez pas la fête du Chenal d’Ors.

l'île d'Oléron à pied
Le chenal d’Ors, haut lieu de l’ostréiculture du bassin de Marennes-Oléron ©isabel

Pour terminer la p’tite anecdote du jour… Alors que l’on s’arrête pour une petite pause collation et déguster nos bananes « cadeau »… nous déchantons ! En effet, les deux bananes pourtant mises dans la poche du sac à dos ont disparu… tombées du sac en cours de chemin. C’est pas malin !

A mi-parcours de la dernière étape

C’est au joli port des Salines, labellisé « Echappées nature » que nous faisons une pause car la chaleur est dense.  Sur place l’écomusée sur les marais salants et de quoi se restaurer. De-là, nous appelons notre Uber préféré qui ne va pas tarder à partir de la maison.

l'île d'Oléron à pied
Le joli port des Salines. Ici, un écomusée, un restaurant et un snack vous attendent ©isabel

En fait, nous avons une petite idée en tête… mettre nos sacs à dos dans la voiture à Saint-Trojean et terminer le tour de l’île d’Oléron, 4km, allégées de 15 kilos. Pas mal l’idée !

Donc, c’est au niveau de la petite plage de Saint-Trojean, que notre sauveur nous retrouve. Là, nos sacs à dos dans le coffre, nous essayons de résister à la tentation de grimper aussi dans la voiture… On résiste, on résiste, on…. Trop dur ! On fini par embarquer à bord !

C’est donc ainsi que se terminent les 4 kilomètres qui nous séparent de l’arrivée. Quoi qu’il en soit, nous sommes quand même, un peu honteuses de ne pas être allées jusqu’au bout de notre défi. Mais tellement fières aussi d’avoir réussi cette première expérience entre mère et fille.

Une récompense à la hauteur de nos efforts !

C’est donc sur la plage de Gatseau, là où tout a commencé que nous fêtons notre arrivée.
Christian n’a pas fait les choses à moitié, car c’est un magnifique pique-nique avec table et nappe à carreaux qui nous attend face à la mer.

En fait, c’est carrément un pique-nique de princesses, pas diététique pour un sou ! Mais bon… vu qu’on a éliminé des calories à foison durant 6 jours… pas de culpabilité. Alors, rosette, fromage, bon pain, petits gâteaux et Champagne s’il vous plait !

l'île d'Oléron à pied
C’est un peu en désordre sur la nappe, mais qu’est-ce que c’était bon ! ©isabel

Quelques conseils avertis pour un tour de l’île d’Oléron à pied en camping

  • Prévoir une poche à eau, à mon sens c’est une priorité, même si cela semble lourd dans le sac
  • Surtout, bien équilibrer son sac à dos
  • Prévoyez un paquet de noix, noisettes et autres fruits secs pour les fringales.
  • Ne pas oublier de prendre des Compeed pour les ampoules
  • En basse saison, appeler les campings concernant les services proposés et notamment les ouvertures des épiceries.
  • Choisissez votre camping avant de partir, voire réserver votre emplacement. En revanche, cela peut aussi être un inconvénient. En effet, quand la fatigue se fait sentir, s’arrêter plus tôt dans un autre camping peut être appréciable.
  • Ne vous surchargez pas de choses inutiles, prenez juste le nécessaire !
  • Prévoir un grand sac poubelle pour emballer la tente lorsqu’elle est trempée, ça évite de mouiller l’intérieur du sac à dos.
  • Ayez un peu d’espèces sur vous car la carte bancaire n’est pas acceptée partout.

Budget pour le tour de l’île d’Oléron à pied

Côté budget, c’est un peu difficile à calculer. Toutefois, sachez qu’en moyenne un emplacement dans un camping coûte entre 15 et 30 € la nuit. Bien sûr, cela dépend du nombre d’étoiles. Pour nous, cela allait du camping 2* sans piscine  à 3* avec piscine, snack etc… Nous avons toujours été bien accueillies.

En ce qui concerne l’alimentation, si vous n’achetez vos produits qu’en épicerie, c’est un peu comme à  la maison. En revanche, où le budget est plus élevé, c’est pour les repas pris au restaurant. En moyenne, pour un plat, une boisson et un dessert il faut compter 25 €.

A votre santé !

En fait, si les épiceries des campings avaient été ouvertes, cela nous aurait coûté un peu moins cher, car nous avons pris 4 repas au restaurant. Mais à la fois, nous nous sommes fait plaisir ! C’est ça aussi les vacances…

Le debriefing sur notre tour de l’île d’Oléron à pied

île d'oleron à pied
De cette randonnée, nous ressortons heureuses, complices et fières d’avoir accompli notre défi ©isabel

Pour Juliette

Mon ressenti général à la fin de cette belle randonnée de quelques jours pour faire le tour de l’île d’Oléron à pied est plus que positif.

Déjà, il faut savoir que cette idée provient d’un besoin viscéral de marcher, de bouger, de voir la mer et de sentir les rayons du soleil sur mon visage. Parce que j’ai été enfermée pendant 4 mois et demi dans un bureau face à un ordinateur, 8 heures d’affilées, entourée de collègues peu solaires et du ciel toulousain grisonnant.

L’île d’Oléron et ses beaux paysages aux doux reliefs, m’ont apporté beaucoup de sérénité. La marche au bord de l’océan et au travers des marais salants a été salvatrice de bien de mauvaises pensées. Aujourd’hui, j’en reviens heureuse, et prête à aller de l’avant.

tour d'oléron à pied
La plage de la Boirie, jouxtant le port de St Denis, avec ses cabanes colorées ©isabel

Aussi, et surtout, mon coeur ressort rempli d’amour pour ma maman, avec qui j’ai partagé ces beaux moments. On a ri – souvent – nous avons parlé – beaucoup, et on a très peu râlé (sauf quand nous étions perdues dans la forêt oléronaise, en proie aux sangliers affamés).

En fait, passer ces jours de marche avec elle sans interruption m’a permis de mieux me rendre compte que les chiens ne font pas des chats. Et que, si l’on s’est aussi bien entendu sur la route, c’est bien parce que nous sommes les mêmes et ce point m’a beaucoup touchée.

J’ai adoré

  • Nos réveils très matinaux, à rire alors même que nos yeux étaient encore collés.
  • La recherche addictive des jolis coquillages de la plage.
  • Nos repas au resto bien mérités et les quelques crêpes vite avalées avant de repartir.
  • L’odeur des pins.
  • La mer, toujours belle et prête à être contemplée.
  • Les jolis villages et de leurs petites maisons.
  • La gentillesse des gens rencontrés sur la route.

J’en oublie plein d’autres…

Mais pour finir, si le matelas avait été plus confortable et nos sacs moins lourds, j’aurais pu continuer ce trek pendant encore longtemps avec elle.

Et maintenant, il n’y a plus qu’à réfléchir à une nouvelle aventure. Mais, cette fois avec papa. Toutefois, là, j’ai intérêt à me préparer un peu physiquement lol. J’ai hâte !

Jolie récolte ®isabel

Pour Isabel

Eh bien moi, je serais moins littéraire que Juliette. Aussi, c’est sous forme de j’aime / j’aime pas que je vous liste mes impressions sur ce tour de l’île d’Oléron à pied. Au fait Juliette, perso, je n’ai pas les yeux qui collent le matin au réveil… non mais !

J’ai adoré

  • Etre avec ma fille en tête à tête
  • Marcher le long de la plage sur le sable mouillé que ce soit côté océan ou côté continent
  • Les petits villages de Chaucre et Domino
  • Notre soirée à Boyardville chez Patou et Phiphi
  • La plage de Gatseau au petit matin. C’est un de mes endroits préférés d’Oléron
  • Nos échanges bien sympas avec tous les gens que l’on a croisés, Cyprien, Cécile, la dame du marché du Château d’Oléron, les cyclistes, le monsieur qui a chanté du Queen en nous croisant à vélo dans la forêt… Bref, un peu partout beaucoup de convivialité spontanée.
  • La traversée des marais entre le Château d’Oléron et Saint-Trojean, un havre de nature
  • Voir Juliette ramasser les coquillages sur la plage son sac à dos sur le dos
  • Les plats de pâtes surplombés d’une bonne couche de parmesan
  • Le magnifique pique-nique d’arrivée sur la plage de Gatseau
Rien de tel que cette assiettée de torsettes pour reprendre des forces ©isabel

J’ai moins aimé

  • Les ampoules qui me défonçaient les pieds, vive les Compeed !
  • Mon sac à dos
  • Nous perdre en forêt avec les animaux sauvages, si je vous assure, il y a des animaux sauvages sur Oléron.
  • L’orage en pleine nuit
  • Ne pas avoir de monnaie, quand le commerçant n’accepte pas la carte bancaire

 

En conclusion : A quand la prochaine fois !

Votez pour cet article !
3 votes - Note : 4.7/ 5

Vos commentaires

Rédigez votre commentaire
Merci de donner votre nom