Un bunker allemand au cœur de La Rochelle ? Mais où ça ? Ah bon, je ne savais pas…. Et vous, êtes vous au courant ?

Eh oui, il y a bien un bunker au cœur du centre historique de La Rochelle. C’est donc au 8 rue des Dames, à quelques dizaines de mètres du vieux marché que le bunker de La Rochelle se cache.

bunker de la rochelle
L’entrée du bunker, au 8 rue des Dames ©isabel

Datant de la seconde guerre mondiale, le bunker transformé en musée est un site inattendu et atypique. En effet, « dans son jus », visiter le bunker c’est se plonger au temps de l’occupation allemande de La Rochelle. Aussi, que l’on soit féru d’histoire, ou pas, c’est un lieu chargé d’histoire à découvrir lors de votre séjour.

Du reste, le nombre de visiteurs ne cesse de croître au fil des ans. En effet, on compte aujourd’hui près de 40 000 visiteurs, qui, chaque année parcourent les couloirs étroits du bunker. Par ailleurs, l’étoile décernée par le Guide Vert Michelin en fait une valeur sûre des sites à visiter dans la cité rebelle.

Un bunker à La Rochelle, mais dans quel but ?

La seconde « Guerre Mondiale »

Nous sommes le 1er septembre 1939 quand les troupes allemandes de la Wehrmacht envahissent la Pologne. Deux jours plus tard, la France et l’Angleterre déclarent la guerre à l’Allemagne. Toutefois, les armées restent en retrait de la ligne Maginot durant 8 mois. C’est la « Drôle de guerre ».

Puis, les troupes allemandes passent à l’offensive et progressent inexorablement sur le territoire Français. La Rochelle, de par son positionnement sur l’Atlantique devient un site stratégique pour les allemands. Aussi, entre le 17 et le 20 juin 1940, des bombardements allemands ciblent le port de La Pallice. Dès lors, les bâtiments de guerre et de commerce quittent le port rochelais pour l’Afrique du nord ou l’Angleterre.

C’est, le 23 juin 1940, que le commandant allemand Erwin Rauch et son régiment motorisé arrivent à La Rochelle. Dès ce jour, La Rochelle est déclarée « Ville ouverte ». Le commandant allemand réquisitionne l’hôtel des Etrangers rue des Dames et y installe son état-major. L’occupation durera cinq longues années.

bunker de la rochelle
L’hôtel des Etrangers où s’installèrent les officiers de la 3ème Flotille durant les 5 années du l’occupation de La Rochelle

Premier acte de résistance à La Rochelle

Ce même jour, le 23 juin, un lieutenant allemand ordonne au maire de l’époque, Léonce Vieljeux de hisser le drapeau à la croix gammée en lieu et place du drapeau français sur l’hôtel de ville. Celui-ci, ancien combattant décoré de la « Grande guerre » refuse. Mais, quelques heures plus tard, c’est sur l’ordre d’un officier supérieur allemand qu’il cèdera.

bunker de la rochelle
Le maire de La Rochelle en 1940, Léonce Vieljeux premier résistant de La Rochelle

Le port de La Pallice devient base sous-marine allemande

L’importante défense allemande contre les éventuels débarquements par le littoral atlantique des forces alliées, s’édifie. Ces fortifications constituent le « Mur de l’Atlantique » qui s’étire de la frontière franco-espagnole jusqu’au nord de la Norvège. Ici, en Charente-Maritime, les nombreux blockhaus témoignent encore de ce passé. Sur les plages, dans les forêts, les villes côtières on ne peut pas passer à côté.

En complément, l’industrie militaire allemande intensifie la construction de ses U-Boote, ses sous-marins. Ainsi, des bases sous-marines sont également érigées dans les principaux ports français. Toutefois, la cadence de fabrication des U-Boote est telle que les bases de Brest, Lorient et Saint-Nazaire sont vite saturées. Dès lors, le port de La Pallice réquisitionné devient également une base sous-marine allemande. Sous le commandement de l’Amiral allemand Herbert Goehle, entre avril et novembre 1941, 7 alvéoles en béton armé, pouvant accueillir 9 sous-marins sont achevées. Trois alvéoles supplémentaires viennent compléter la base en 1943 portant ainsi à 13 le nombre de U-Boote de la troisième Flottille, la Kriegsmarine.

bunker de la rochelle
La tourelle d’un U-Boote avec l’emblème de la 3ème Flotille, le chat noir

La construction du bunker de La Rochelle

Tout comme son prédécesseur, le commandant Erwin Rauch, l’Amiral Herbert Goehle prend ses quartiers à l’hôtel des Etrangers en juin 1941. Il est nécessaire alors de protéger les officiers sous-mariniers des éventuels bombardements sur La Rochelle. Pour cette raison, la construction du bunker est lancée. Attenant à l’hôtel des Etrangers, deux immeubles sont détruits pour permettre la construction de l’abri en béton. Le bunker est achevé en octobre 1941. De plus, un immeuble est érigé sur le bunker, le rendant ainsi invisible de la rue des Dames, celui-ci servant d’extension à l’hôtel des Etrangers.

bunker de la rochelle
Le chat noir, emblème des U-Boote de la 3ème flotille des sous-mariniers se cache partout dans le bunker. Ouvrez l’oeil ©isabel

Le bunker en quelques chiffres

  • 280 m²
  • une capacité d’accueil de 150 personnes
  • 2 mètres d’épaisseur en béton armé pour les murs
  • 6 chambres individuelles pour les amiraux et les officiers
  • 2 dortoirs d’une capacité de 62 couchettes pour les officiers et sous-officiers. Aujourd’hui transformés en salles d’exposition.
  • 1 bar
  • 1 bureau
  • Des sanitaires
bunker de la rochelle
Maquette représentant la configuration du bunker en 1945 ©isabel

La vie des Rochelais sous l’occupation allemande

Vous vous en doutez très certainement, tout change lors qu’une ville ou un pays est occupée. Aussi, dès les premiers jours de l’occupation, les rochelais doivent se plier aux ordres de l’occupant.

  • Montres avancées d’une heure pour être à l’heure allemande
  • Réquisitionnement des principaux bâtiments, gare, port de La Pallice, aérodrome de Laleu, casernes, poste, hébergements de tourisme, hôtels et villas….
  • Couvre-feu de 22h30 à l’aube
  • Léonce de Vieljeux, maire de La Rochelle destitué pour désobéissance en septembre 1941
  • Médias, presse, radio et cinéma censurés
  • Tous signes d’appartenance à la France, drapeau, insigne sont interdits
  • Laissez-passer obligatoire pour tous les rochelais
  • Bande de 30 kilomètres de large le long du littoral interdite aux non-résidents
  • La résistance s’organise dès l’été 1940 à La Rochelle
bunker de la rochelle
Différents laissez-passer obligatoire pour les rochelais pendant l’occupation

Pour le devoir de mémoire

Du bunker d’origine au musée, une histoire de passionnés

Au lendemain de la libération le 8 mai 1945, le bunker est utilisé un temps par la marine nationale française, puis sombre dans l’oubli.

Plus tard, en 1982, soit 37 ans plus tard, il refait surface. En effet, l’hôtel des Etrangers change de propriétaire. Celui-ci est démoli et remplacé par un immeuble d’habitation.
Quid du bunker ? Le démolir, le transformer en cave pour les habitants de l’immeuble…. Il n’en sera rien !

La renaissance du bunker

Racheté au promoteur par Jean-Luc Labour passionné d’histoire, le bunker est sauvé. S’appuyant sur une collection de photos, d’objets et de matériel d’époque, le bunker devient en 1984 et jusqu’en 1994 le « Musée rochelais de la dernière guerre ». Ensuite, il ouvre occasionnellement pour les « Journées du patrimoine » ou des visites organisées par l’Office de Tourisme ou des « Dîners de guerre » que Jean-Luc Labour anime.

Ce n’est qu’en 2012 que d’autres passionnés d’histoire, les frères Luc et Marc Braeuer réaménagent ce lieu unique et atypique. En quête d’objets, d’archives et de témoignages, le musée s’étoffe. Ainsi, avec d’autres amis férus d’histoire qui leur viennent en aide, l’actuel musée s’ouvre aux visiteurs en mai 2013.

De nombreux panneaux illustrent toute l’histoire du bunker et l’occupation de La Rochelle ©isabel

Visiter le bunker de La Rochelle, c’est faire une immersion au temps de l’occupation de La Rochelle. De nombreux objets, documents d’archives, vidéos, reconstitutions sont présentés aux visiteurs. C’est pourquoi, il faut prévoir de une à deux heures pour arpenter ce labyrinthe de couloirs et de pièces étroites. Bien sûr, vous pouvez raccourcir ce temps de visite. Toutefois, pour les plus passionnés d’entre vous, prenez le temps de vous immerger dans cette histoire. Les panneaux d’informations, les documents et les vidéos y sont riches et passionnants.

bunker de la rochelle
Reconstitution : Un ouvrier s’assure que la ventilation du bunker s’effectue bien ©isabel

Par ailleurs, pour les enfants de 5 à 12 ans, un jeu de piste leur permet d’apprendre ce pan de l’histoire de France de manière ludique et interactive. Alors, n’hésitez pas à emmener vos enfants.

Le plus grand dortoir transformé en salle d’exposition ©isabel

Le bar du bunker, tel qu’il était en 1941

Même si le bunker de La Rochelle était prévu pour que les officiers se réfugient en cas de bombardement, le bar est une pièce essentielle. Du reste, il était facile pour les officiers de s’y rendre à tout moment. En effet, le seul accès au bunker se faisait directement par l’hôtel des Etrangers. Unique en son genre, « dans son jus », c’est là que se réunissaient les sous-mariniers avant leur départ ou à leur retour de mission. Mais, compte tenu du nombre important de sous-mariniers qui périrent en mission, ce dernier verre au bar du bunker était un moment qu’on imagine fort en émotions.

bar du bunker
Le bar du bunker avec son faux plafond décoré, ses boiseries d’époque ©isabel

En quelque sorte, le bar était la pièce maitresse du bunker. Aujourd’hui, avec son carrelage d’origine, ses boiseries et son faux plafond décoré de motifs marins, on pourrait presque commander un verre au bar. En ce qui concerne les fresques des plafonds ou des murs du bunker, on les doit à deux jeunes artistes civiles allemandes Annie Chèrié et Ruth Monsheimer.

bunker de la rochelle
Annie Chérié et Ruth Monsheimer les artistes allemandes ayant décoré le bunker

Quelques informations utiles

occupation allemande de la rochelle
Juin 1940, le drapeau nazi à croix gammée flotte sur le toit de l’hôtel de ville

Où poser ses valises

Côté hôtels

  • Au plus près du bunker, dans le centre historique de La Rochelle, l’hôtel Ibis se situe à 700 mètres de la gare
  • Toujours au cœur de la cité, l’hôtel François 1er à 5 minutes à pied du Vieux Port dans une bâtisse du XVIème siècle. Parking à disposition sur réservation.
  • Un peu excentré, mais un coup de coeur pour l’Hôtel Le Rochelois où j’ai séjourné. Simple, face à la mer, à 500m à pied de la Tour Saint-Nicolas et du Vieux Port, vous serez bien accueilli.
  • Autres hôtels sur Booking.com

Côté aire de camping-car

L’aire de Port-Neuf à environ 3 kilomètres du centre de La Rochelle, ouvert toute l’année

Se rendre au bunker de La Rochelle

En train, destination la gare de La Rochelle à environ 15 minutes à pied

Par la route :
de Paris par l’A10 ou l’A87 – de Bordeaux, par l’A10, puis l’A837 pour finir par la E602.
Plusieurs parking sont à votre disposition à moins de 15 minutes du bunker. Place de Verdun ou sur le Vieux Port Sud à l’Espace Encan.

A voir à proximité de La Rochelle

bunker de la rochelle
Des motifs marins pour les fresques des plafonds et murs du bunker ©isabel

 

 

En conclusion, bluffée par la mine d’informations et d’archives que j’ai pu voir lors de ma visite, je ne peux que vous recommander de vous y rendre. Franchement, je ne suis pas particulièrement intéressée par la « Seconde guerre mondiale ». Mais, au fil de ma déambulation au sein du bunker, parmi les documents d’archives et les reconstitutions, j’ai appris énormément. Je dirais même que découvrir ce lieu unique et atypique au plein cœur de La Rochelle est incontournable.

Et puis, se dire que rien n’a bougé depuis tant d’années, que tout est d’origine, c’est quelque part assez émouvant. Heureusement qu’il y a des passionnés qui, pour l’histoire et le travail de mémoire, font revivre de tels lieux.

Votez pour cet article !
3 votes - Note : 4.3/ 5

Vos commentaires

Rédigez votre commentaire
Merci de donner votre nom