Nous sommes sur la presqu’île d’Arvert, sur la commune de La Tremblade à une vingtaine de minutes de Royan. Du haut de ses 64 mètres, tout de blanc et de rouge vêtu, le phare de la Coubre veille. C’est l’un des plus hauts phares de France. Depuis 1905, cette sentinelle défie inexorablement les tempêtes et le recul du trait de côte. Parce qu’ici, chaque année, les déferlantes de la côte sauvage, inlassablement, grignotent le littoral charentais.

Le phare de la Coubre d’une portée de 52 kilomètres, sécurise avec le phare de Cordouan l’estuaire. En effet, les bancs de la Coubre et de la Mauvaise rendent la zone dangereuse. Car de nombreuses épaves gisent par le fond, rendant la navigation délicate.

phare de la coubre
Une ligne impeccable, comme une fusée prête au décollage

Le phare de la Coubre, cinquième du nom

Dès 1690 on relate qu’une balise porte feu signalait déjà les dangers de l’estuaire de la Gironde. Mais, c’est en 1830 qu’un premier phare en bois est construit. Ensuite, un second est édifié en pierre en 1842. Cependant, tout comme le premier, il ne résiste pas aux vagues gigantesques mangeuses de côtes.

Puis un troisième est érigé en bois sous forme d’un grand échafaudage qui résiste un peu plus longtemps. Toutefois, comme les précédents, il seradétruit.

Alors, pour l’abriter des attaques de l’océan, en 1895, un quatrième phare est construit en arrière de la plage. Cependant, les tempêtes auront raison de ce phare de 50 mètres de haut. En effet, il s’effondrera à son tour en 1907 alors que l’océan a gagné plus d’un kilomètre en cinq ans.

phare de la coubre
L’ancien phare de la Coubre construit en pierres et tombé en 1907

Enfin, construit en neuf mois, l’actuel phare de la Coubre cinquième du nom tient sa revanche depuis sa mise en service en octobre 1905. Toutefois, construit à plus de 1600 mètres de la mer, aujourd’hui, celle-ci l’a rattrapé et la bande le séparant des flots n’est plus que d’environ 150 mètres. A quand un phare de la Coubre sixième du nom ?

Plus dure est l’ascension, plus belle sera la vue au sommet du plus haut phare de la Charente-Maritime

D’en bas, l’escalier métallique en colimaçon signé Gustave Eiffel et sa rampe en cuivre vous défient. Les murs parés de 7500 carreaux d’opaline bleu donnent une atmosphère particulière au lieu. Du reste, ce carrelage d’opaline a sans doute été décisif quant à l’inscription aux Monuments Historiques du phare de la Coubre en 2011.

phare de la coubre
La rampe de cuivre assure la descente de l’escalier en colimaçon de Gustave Eiffel parmi les 7500 carreaux d’opaline

De par sa situation géographique, le phare de la Coubre offre à son sommet une vue à couper le souffle.

phare de la coubre
La Barbette, deuxième feu rouge clignotant avec une portée de 23 kilomètres, signale les bancs de sable

A ses pieds, les plages de la côte sauvage épousent à perte de vue le long cordon dunaire. Personnellement, je trouve que ce sont les plus belles plages sauvages de la Charente-Maritime. Et puis, à perte de vue, l’immense forêt de la Coubre s’étire en direction de l’île d’Oléron.

coubre
La côte sauvage porte bien son nom….

Au loin, on peut admirer le roi des phares, le phare de Cordouan.
Côté sud, la station balnéaire de La Palmyre et la baie de Bonne Anse qui se découvre au gré des marées et sa langue de sable la séparant de l’océan.

phare de la coubre
Vue sur la baie de Bonne Anse, à gauche La Palmyre, au fond Royan et à droite, par delà la dune, l’océan

De là-haut, on en prend plein les mirettes et on appréhende mieux l’immensité des plages de la côte sauvage. C’est sûr, vous serez enchantés, tout comme les 55000 visiteurs qui foulent les 300 marches chaque année.

phare de la coubre
On y est presque… encore un petit escalier à gravir et bien vertical celui-ci

A l’issue de votre ascension, ne manquez pas de visiter le musée. Vous y apprendrez tous les secrets du phare et de son histoire. De plus, en saison, des artistes viennent y exposer leurs œuvres.

lentille de Fresnel
Visible au musée, une lentille de Fresnel

Le saviez-vous ?

Depuis 2016, le phare de la Coubre accueille un défi sportif étonnant. En effet, ce géant, ouvre ses portes ou plutôt offre ses marches à l’Extrème 300. Le but ? Grimper les 300 marches menant au sommet le plus vite possible. Quant au record, il est détenu par Firmin DINTRAT, avec 1mn 2″ lors de la deuxième édition en 2017. Il est donc préférable d’avoir du souffle et des cuisses en béton.

Et vous ? Prêt à relever le défi pour la prochaine édition de l’Extrème 300 ? Pour vous inscrire, rendez-vous sur le site du phare.

Côté pratique

A proximité du phare de la Coubre :

  • Royan, 22 kilomètres
  • Saint-Georges de Didonne, 26 kilomètres
  • La Rochelle, 80 kilomètres
  • Saintes, 57 kilomètres
  • Rochefort, 47 kilomètres

Le phare et son musée sont ouverts de février à novembre
Le site officiel du phare de la Coubre
Jetez un œil ou deux sur la webcam du phare

baie de bonne anse
Le phare de la Coubre vu du rivage de la baie de Bonne Anse à La Palmyre

Où poser ses valises ?

Si vous venez visiter le phare de la Coubre, l’offre d’hébergement ne manquera pas. Vous n’êtes jamais loin, surtout si vous logez dans une des stations balnéaires à proximité. En moins d’une demi heure vous y serez.

Cependant, je vous conseille deux campings.

Le camping Beau Soleil à La Palmyre, un lieu familial où l’accueil est très chaleureux et les emplacements ombragés et spacieux. Doté d’une petite piscine, vous serez au calme. Je connais bien ce camping et je peux vous assurer que vous y passerez de bons moments.

Et puis, placé juste au pied du phare, à une centaine de mètres de l’entrée, le camping Yelloh Village. Contrairement au camping Beau Soleil, celui-ci est plus vaste et possède plus d’équipements, notamment une belle piscine, un restaurant des jeux pour les enfants et un accès à la plage. Cependant, si vous cherchez le calme, ce ne sera pas le meilleur choix.

 

 

Les vues d’en haut sont bien souvent spectaculaires et la vue du sommet du phare de la Coubre ne déroge pas à la règle. Donc, faire fi des 300 marches à grimper et lancez-vous à l’assaut de la sentinelle des mers. De là, la vue est superbe. Pour ma part, à chaque fois que je m’y rends c’est toujours un enchantement.

Aussi, privilégiez la visite en fin d’après-midi, là où le soleil est le plus bas à l’horizon. Ainsi, la luminosité y sera bien plus belle. De plus, les mardis, jeudis et vendredis de juillet et août, des visites pour le coucher du soleil sont organisées. C’est pourquoi je vous invite à y participer pour faire le plein d’émotions.


Vos commentaires

Rédigez votre commentaire
Merci de donner votre nom