Aujourd’hui, c’est Bernard JOUAN, artiste peintre qui me reçoit chez lui. Cette rencontre sera donc tournée vers l’art. Les aquarelles de Bernard mettent la Charente-Maritime à l’honneur et plus particulièrement pour ces derniers tableaux, le chenal de La Baudissière sur l’île d’Oléron, dont il est tombé amoureux.

Bernard jouan
Bernard JOUAN, artiste peintre passionné ©isabel

De la Normandie à la Charente-Maritime, de la mer à l’océan

En 1946, en Normandie, Bernard pousse son premier cri, il y restera une vingtaine d’années. C’est là, qu’enfant, il peint ses premiers tableaux à la gouache en reproduisant des tableaux de maîtres.

Plus tard, en région parisienne c’est à l’usine qu’il poursuit sa vie. Là, grâce au comité d’entreprise de son entreprise, il prend des cours de peinture alors même qu’il peint déjà chez lui en autodidacte. C’est dans ces ateliers qu’il rencontre un peintre argentin qui lui prodigue ses conseils et le suit. La peinture devient pour Bernard une échappatoire, un bol d’air.

Le travail en usine devient pesant et la peinture le passionne. Aussi, alors que son entreprise propose aux salariés une aide à la création d’entreprise, il décide de se lancer. Donc, à 48 ans, il quitte tout et part en caravane dans le sud de la France pour assouvir sa passion.

Durant plusieurs mois, il peint, il expose et mène une vie d’artiste en toute liberté. Mais, si la passion est là, on ne peut pas dire qu’elle nourrisse Bernard. La raison l’emporte et c’est le retour en banlieue parisienne. Là, il démarche, les communes, les associations, les maisons de quartier pour créer des ateliers où dispenser ses cours… C’est un succès.

Les tours de La Rochelle ©B.Jouan

Les ateliers, des lieux d’échanges et de partages

Ce sont près de 180 élèves adultes et enfants qui viennent suivre ses cours de peinture chaque semaine.
« Avec les enfants, de 4 ans à l’adolescence, si tu les as captivés, tu en fais ce que tu veux. Alors que les adultes, au début de l’apprentissage, on peut les orienter, les aider, et puis une fois qu’ils deviennent plus autonomes… hop, ils considèrent qu’ils savent tout… ».

bernard
En démonstration, les enfants sont attentifs

« Mon métier c’est donner du plaisir aux gens, c’est transmettre. Je pense même que les cours de peinture devraient être remboursés par la sécurité sociale. Parfois, j’ai eu des élèves en dépression, la peinture les a épanouis ».

Les ateliers de Bernard, sont principalement fréquentés par des femmes. Celles-ci, grâce aux liens générés par les ateliers, se rencontrent en dehors, font du sport, vont au cinéma…
Mais, devenue une passion dévorante, ses élèves le sollicitant sans cesse, il n’arrive plus à peindre pour lui. Son quotidien quasiment 7/7 jours, ce sont les cours, les sorties « photos » avec les élèves. Il ne peut plus assouvir sa passion, la peinture. Dès lors, son choix est fait, il décide d’arrêter ses ateliers.

La Charente-Maritime, terre d’adoption

« J’habite en Charente-Maritime depuis 2015. Lorsque nous avons décidé de partir de la région parisienne, ce qui m’importait le plus, c’était que je puisse continuer à peindre. J’ai donc confié le choix du lieu à Hélène mon épouse. C’est à Aigrefeuille d’Aunis non loin de La Rochelle, que nous avons posé nos valises et surtout mes pinceaux. »

La région, Bernard ne la connait pas. Alors, il part à sa découverte et sillonne le département, rencontre des gens. Il se forge ainsi au gré de ses rencontres un beau réseau de connaissances. Plus il découvre la Charente-Maritime, plus il tombe amoureux des lieux, de l’eau, des reflets, de la lumière…

bernard jouan
Pastel sur le Marais Poitevin, de l’eau, rien que de l’eau ©B.Joua

Ce que lui apporte la peinture ?

« L’évasion. Quand je peints, je mets un peu de musique en fond sonore, Goldman, Cabrel ou Ferrat par exemple et ça me permet de me mettre dans une bulle, un cocon. Quand je vois un paysage, aussitôt, j’ai une aquarelle qui se met en place… c’est comme un défi, un challenge. »

bernard jouan
On sent bien la passion au bout des doigts ©isabel

Quelles techniques utilises-tu pour tes tableaux ?

« J’ai commencé par la peinture à l’huile, puis l’aquarelle pure, du pastel et du dessin. Depuis maintenant 2 ans, je fais de l’aquarelle et encre de Chine.
L’encre de Chine apporte du dynamisme au tableau, plus d’intensité. Cela demande beaucoup de dessins, d’observations.

Je n’ai pas forcément de préférence, tout dépend des sujets. L’aquarelle est plus figurative, alors que le pastel est plus sensible, plus intimiste.
Mes créations sont plutôt du figuratif, que ce soit pour des portraits, des natures mortes ou des paysages. Dans mes aquarelles, je représente le ressenti que j’ai eu devant le sujet.

Pour un tableau, je fais énormément de photos, que je modifie et que je travaille. Je peins aussi sur place parfois, et puis je fais des croquis sur mon bloc que j’emmène partout. Même quand j’étais dans le métro à Paris, il m’arrivait de faire des croquis des gens ».

bernard jouan
L’inséparable carnet à croquis, partout tout le temps ©isabel

Le choix de ton sujet

« Je suis très attiré par tout ce qui se rapporte à l’eau. Parce que, s’il y a de l’eau, il y a des reflets. S’il y a des reflets, il y a des mouvements. Dans le marais Poitevin ou devant un lavoir, c’est la même chose, il y a de l’eau.
Quand je prends mes photos, je suis exposé aux éléments, je vis ma photo. Et ensuite, j’exprime mon ressenti à travers mes peintures. »

Les maîtres qui t’inspirent

« Cézanne !
Lorsque j’enseignais, les enfants étaient captivés par ses couleurs, ses sujets. Et puis, il y a aussi Rembrandt avec le clair-obscur. Mes cours, c’était de la théorie car il en faut, mais surtout de la pratique de manière collective, afin que les élèves s’expriment ».

La Charente-Maritime terre de lumière

Ici, dit-on, la luminosité est particulière. Bernard choisi soit le matin, soit la fin d’après-midi pour ses photos parce que c’est à ces moment-là que les ombres sont les plus apurées, les plus marquées.

« Je préfère le matin parce que, d’une part je suis matinal et que d’autre part l’esprit est neuf. Il m’arrive de partir dès 6h du matin pour arriver au bon moment, pour une marée haute par exemple ».

bernard jouan
La Charente-Maritime sans les carrelets serait-elle la même ? ©B.Jouan

Les expositions un moment de partage

Les expositions ne sont pas une finalité pour Bernard. Toutefois, il expose ses aquarelles et pastels deux ou trois fois par an dans les offices de tourisme, les restaurants, les bibliothèques qu’il a démarchés.

Souvent, ses escapades charentaises et les rencontres qu’il y fait, le mènent à des expositions dans des lieux atypiques, comme prochainement dans la savonnerie de Carole et Louis, à La Baudissière sur l’île d’Oléron.

A chaque fois, ce sont des rencontres, des échanges autour de ses peintures. Lors de ces expositions, il organise des démonstrations où il peint devant le public. Ces moments sont propices au partage et à la discussion.

« Ces démonstrations, c’est leur donner le goût de faire, je les fais participer un peu à la création du tableau ».

bernard jouan
Moment de partage lors d’une exposition

Les conseils de Bernard Jouan pour débuter l’aquarelle

« Très peu de matériels sont nécessaires pour pratiquer. En fait, le côté pratique de l’aquarelle, c’est qu’il faut juste un peu d’eau, une palette de couleurs et du papier.
Mais, contrairement à ce que l’on peut penser, l’aquarelle c’est difficile. Puisque contrairement à l’acrylique, l’huile ou le pastel, une fois la couleur appliquée, on ne peut pas revenir dessus. Le papier se gorge d’eau et il est difficile de l’éponger.

Donc, il est primordial de débuter sa mise en peinture par les couleurs claires et finir par les foncées. Mais, l’essentiel avant de poser les couleurs, c’est que le dessin soit clean.
Prendre des cours pourquoi pas, mais des livres peuvent également être très utiles pour aborder cette technique ».

bernard jouan
Du croquis au tableau final ©isabel

A part la peinture, une autre passion ?

« Oui, la cuisine, et plutôt les plats salés. En fait, j’aime avoir une recette et faire ce que je veux avec. Un peu comme avec la peinture ».

Des projets à venir ?

« Des rencontres pour le plaisir. Et puis cet été, quelques tableaux seront exposés dans la savonnerie de Carole et Louis, à La Baudissière. J’y ferai aussi des démonstrations.

bernard jouan
La Baudissière avec en jaune, la cabane de la savonnerie de Carole et Louis ©B.Jouan

Si c’était à refaire ?

« Ce que j’ai vécu, si je ne l’avais pas vécu, je serais peut-être aigri. Alors, oui je referai »!

Une devise dans la vie ?

Ce ne sera pas une, mais deux devises pour Bernard, « Quand tu veux, tu peux » et « Que du plaisir »

 

 

Je vous l’avoue, tout comme ma première rencontre avec Emmanuel, saunier sur l’île de Ré, j’étais peu sûre de moi quand je suis arrivée chez Bernard. Pourquoi ? Je ne sais pas trop… peut être le fait que je ne me sente pas tout à fait légitime dans ma démarche. Tout ce que je sais, c’est que ces rencontres me procurent énormément de plaisir et de connaissances.

L’an passé, sur un groupe Facebook sur lequel je peux poster mes articles, « Charente-Maritime d’hier et aujourd’hui », j’ai découvert les aquarelles de Bernard. L’émotion et le réalisme de ses tableaux m’ont touchée. Aussi, après quelques échanges, cette rencontre s’est imposée. J’ai découvert un homme tout en simplicité et attachant qui partage sans compter sa passion.

Si vous aussi, vous souhaitez découvrir les œuvres de Bernard JOUAN, rendez-vous sur Passion aquarelle. Là, il indique également les lieux où ses créations sont exposées et où vous pouvez le rencontrer lors de démonstrations sur place.

Merci encore Bernard pour ton accueil chaleureux et le partage de ta passion, à très bientôt

Votez pour cet article !
3 votes - Note : 4.7/ 5

2 Commentaires

  1. Super idée que cet article qui permet de découvrir une passion et surtout un regard sur la Charente Maritime. Bien loin des milliers de photos impersonnelles et souvent fades vite plaquées sur Facebook, Instagram et consorts. Une redécouverte !

Vos commentaires

Rédigez votre commentaire
Merci de donner votre nom